download 14 captis executive search management consulting leadership board services

Sénégal : l’Eau et les Déchets – deux secteurs vitaux ciblés par la BEI dans le contexte de la réponse de la Team Europe à la Covid-19

@R. Willis/EIB” src=”https://www.captis.com/wp-content/uploads/2021/02/download-14.do” loading=”lazy”> ©R. Willis/EIB

  • L’appui de la BEI contribue à renforcer la résilience du pays face à l’actuelle et aux futures pandémies similaires, une urgence exacerbée par le changement climatique.
  • Un an presque jour pour jour après la Journée Afrique 2020 de la BEI qui s’était tenue à Dakar et dont le thème était les « villes durables », la banque du climat et de l’Union européenne (UE) s’engage au côté des villes secondaires sénégalaises.

M. Amadou HOTT, ministre sénégalais de l’Économie, du Plan et de la Coopération, M. Werner Hoyer et M. Ambroise Ambroise Fayolle, respectivement président et vice-président de la Banque européenne d’investissement, ont officialisé aujourd’hui un nouvel appui financier de 75 milliards de FCFA (114,5 millions d’EUR) en faveur de la République du Sénégal. Ce nouveau financement vise d’une part l’amélioration de l’alimentation en eau potable et d’autre part la promotion de la gestion intégrée des déchets solides.

Jutta Urpilainen, commissaire européen aux Partenariats internationaux, Irène Mingasson, ambassadrice de l’Union européenne au Sénégal, les ambassadeurs des états membres de l’UE  et des membres du Parlement européen ont également participé à l’annonce.

En se focalisant sur les villes secondaires, la Banque soutient les efforts du gouvernement pour un développement équilibré de l’ensemble du pays, en réduisant les disparités géographiques pour une meilleure équité territoriale. Les villes durables sont une nécessité absolue étant donné l’urbanisation rapide et la forte pression démographique que connaît le Sénégal.

« Le partenariat solide qui lie le Sénégal et la Banque européenne d’investissement depuis plus de 55 ans a permis de sécuriser des investissements à long terme qui contribuent à l’amélioration des  conditions de vie et les perspectives économiques dans notre pays.  Nous savons que nous pouvons compter sur l’appui de la BEI pour mettre en œuvre les priorités définies par le gouvernement pour la 2nde phase du Plan Sénégal Emergent (PSE). Nous remercions en particulier la BEI pour les mesures opérationnelles d’urgence qu’elle a prise dans le contexte de sa réponse à la crise de la Covid-19. Concrètement, les financements additionnels de la Banque permettent au gouvernement de libérer des capacités de financement dont il a besoin en cette période de pandémie », a indiqué M. Amadou Hott ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération.

« En tant que banque de l’UE, la BEI joue pleinement son rôle dans le cadre de la réponse à la crise de la Covid-19 au sein de la Team Europe. La Banque répond présent dans les moments difficiles avec en 2020 quatre opérations Covid-19 représentant près de 210m € couvrant tous les aspects de la résilience (sanitaire, économique, sociale et environnementale) au Senegal, à l’instar des deux opérations dans l’eau et la gestion des déchets aujourd’hui. A l’échelle internationale, l’initiative Covax pour un accès mondial équitable aux vaccins contre le coronavirus est soutenue par la Team Europe à travers un prêt de 400m € de la BEI et un don de 100m € de l’UE. Concrètement cela signifie que 1.3 millions de doses seront livrées au Sénégal. L’UE et la BEI ont annoncé le 19 février 2021 doubler leur contribution à l’initiative Covax pour la porter à 1.0 Mrd € », a déclaré Werner Hoyer, président de la Banque européenne d’investissement.

 « Un an après notre Journée Afrique 2020, la BEI soutient le développement durable des villes secondaires sénégalaises. Il y a six mois, les inondations qui se sont abattues tragiquement sur le Sénégal ont illustré la vulnérabilité du pays face aux phénomènes météorologiques extrêmes, et au besoin d’avoir une approche intégrée couvrant à la fois l’eau et les déchets solides. Aujourd’hui, le nouvel appui de la BEI dans ces deux secteurs contribue à préserver l’environnement et à  renforcer la résilience du pays face à la pandémie et au changement climatique » a souligné Ambroise Fayolle, vice-président de la BEI.

Les deux projets vont contribuer au renforcement de la résilience du pays face à l’actuelle et aux futures pandémies similaires, notamment pour les populations vulnérables en zones péri-urbaines. Les femmes, responsables des tâches domestiques liées aux déchets et à l’eau, feront partie des bénéficiaires: elles sont fortement représentées chez les chiffonniers, et l’accès à l’eau préserve leur intimité tout en augmentant le taux de scolarisation des jeunes filles.

Contribuer au renforcement de l’approvisionnement en eau potable des villes de Saint-Louis, Kaolack et Kolda, et à l’accélération des branchements sociaux à travers le pays

Grâce à ce partenariat en date conclus entre les pouvoirs publics sénégalais et la Banque européenne d’investissement, les populations de trois villes, soit 634 000 habitants, auront un accès adéquat à l’eau potable. En outre, 35,000 branchements sociaux – soit 350,000 personnes bénéficiaires  – seront subventionnés à l’échelle nationale, en plus des 4,000 branchements subventionnés déjà prévus dans les trois villes susmentionnées. L’intervention de la BEI aidera le Sénégal à garantir une eau « pour tous » à la fois en quantité pour faire face à la démographie galopante et en qualité pour pallier la pollution de la ressource, en favorisant l’équité sociale et territoriale. Dans le cadre des mesures opérationnelles d’urgence adoptée par la Banque dans le contexte de la pandémie, la BEI finance ici exceptionnellement 90% des coûts du projet, contre 50% maximum habituellement.

Améliorer la gestion intégrée des déchets solides dans les villes du nord ( Saint-Louis, Podor, Matam), du centre (Thiès, Mbour) et de la Casamance (Ziguinchor, Kolda, Sédhiou)

Le projet Sénégal Déchets Solides & Covid-19, objet du financement de la BEI se focalise sur les composantes régionales (nord, centre et Casamance) du Projet pour la promotion de la gestion intégrée et de l’économie des déchets solides au Sénégal (PROMOGED), cofinancé par la Banque Mondiale, l’AFD et l’AECID. Il devrait permettre une amélioration significative pour les villes concernées où le taux de collecte typiquement ne dépasse actuellement pas 20%-30%. Le projet bénéficiera à 20% de la population sénégalaise, soit 3.2 millions de personnes. Il est en ligne avec le programme « Zéro Déchet » lancé par le Président Macky Sall, et va avoir de multiples effets bénéfiques pour le Sénégal d’un point de vue environnemental (moindre pollution : air, sol, rivières et océan), économique (en particulier pour le tourisme et la pêche) et social (hygiène, santé et reconversion de certains récupérateurs dans le secteur formel). Il s’agit de la première intervention de la BEI dans le secteur au Sénégal.

Soutien à la réponse nationale du Sénégal à la COVID-19

La mise des deux projets « Sénégal Eau potable » et « Sénégal Déchets solides » impactera les initiatives spécifiques visant à améliorer les services de santé, l’aide sociale et les fournitures essentielles identifiées pour faire face à la COVID 19. En effet, l’extension de l’approvisionnement en eau potable à l’échelle nationale par la Société Nationale d’Exploitation des Eaux du Sénégal, et le programme national de Gestion des déchets (PNGD) du l’Unité de Coordination et de Gestion des Déchets solides (UCG) contribuent pour beaucoup à la politique de santé publique au Sénégal.

Un prolongement des excellents résultats obtenus par l’engagement de la BEI au Sénégal

La BEI soutient l’investissement à long terme au Sénégal depuis 1966. Récemment, elle a notamment apporté son concours à des projets dans les domaines de l’eau, de l’énergie solaire, de l’électrification (notamment rurale) avec SENELEC, de la santé, de la microfinance avec Baobab Sénégal, ainsi qu’au du Programme de Résilience Economique et Sociale. Des millions de personnes bénéficient de ces investissements soutenus par la BEI.

This is not a CAPTIS article. Originally, it was published here.